Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 21:20

A l'occasion du salon du polar, il nous été donné l'occasion de nous transformer en détective privé pour mener une enquête dans les rues de Lyon... Différents mystères nous attendaient, nombreux, que nous avons essayé de résoudre avec plus ou moins de succés. 

 

DSCF8017.JPG

 

Je repartai en restant sur un échec cuisant concernant Paméla Rose, introuvable malgré mes efforts...


DSCF8018.JPG

 

Contre toute attente, alors que je ne la cherchais plus, j'ai retrouvé Paméla ce soir, découpée en rondelles par un psychopathe à toque.

Je fais le serment de ne plus jamais regarder top Chef après la finale de la semaine prochaine pour me consacrer à mes corrections de BMAPP (restent 306 commentaires)

Repost 0
Published by Pénélope Chester - dans Digressions
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 00:01

 

http://quaisdupolar.20minutes-blogs.fr/album/quais-du-polar/1340954205.jpg

 

Ca fait un moment que Quais du polar me tentait, en lectrice passionnée par le genre, et ce sera bientôt chose faite...

Je devrais en voir un peu plus que du salon du livre de Paris, tant les animations sont nombreuses et variées. Un des auteurs que j'aime, John Harvey, le "papa" de Resnick que j'adore, avec ses chats, sa passion pour le jazz et sa cravate qui affiche le menu, en est l'un des invités.

Mais ce salon est à nouveau surtout un prétexte à rencontres, une blogueuse que je cotoie depuis longtemps de façon virtuelle, ainsi qu'une de mes bêtas sur BMAPP.

A ce propos d'ailleurs, les affaires reprennent enfin, même si la modeste diminution du nombre de commentaires ne l'indique pas : j'ai repris les corrections, du manuscrit avec traque des nombreuses répétitions et j'avance à nouveau (j'ai pendant un temps reculé depuis la fin, bloquée à un passage).


Sinon, je n'ai toujours pas de nouvelles de l'AT auquel j'ai participé...

Wait and see ^^

Repost 0
Published by Pénélope Chester - dans Digressions
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 07:00

"Aujourd’hui, Pénélope Chester ne travaillera ni à son manuscrit de BMAPP, ni à Ticket Gagnant, ni aux trois Appels à Textes qu’elle a repérés et qui lui font de l’œil.

Elle n'en a pas le droit : c’est la journée mondiale de la Procrastination.

Pénélope Chester écrira donc demain.

Ou pas ! "

 

PS : j'adore ces billets où je peux parler de moi à la troisième personne, comme Alain Delon ^^
Repost 0
Published by Pénélope Chester - dans Digressions
commenter cet article
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 21:17

Je suis rentrée de mon weekend parisien bien occupé fait de rencontres et de retrouvailles.

Je n'ai fait qu'un passage express au café du salon du livre avant de manger  avec quelques grenouilles dans un restaurant très sympa appelé le café livres, dont les murs sont garnis de bibliothèques colorées pleines de poches.

http://actualitte.com/blog/sophielit/files/2010/07/Caf%C3%A9-livre-2.jpg

 

L'après-midi, j'ai eu le privilège d'écouter les auteurs Pierre Pevel et Gérard Guéno (la moitié d'Ange)  nous parler de leur parcours d'écrivain depuis leurs débuts où ils écrivaient des scénarios de jeux de rôles jusqu'à aujourd'hui où ils sont devenus des auteurs qui comptent en SFFF. Enfin ça, ils ne nous l'ont pas dit, puisqu'ils sont restés très simples et nous ont bien amusés avec un duo qui montre une complicité forgée depuis de nombreuses années.

Au final, une rencontre très motivante, si bien que hier soir je me suis écroulée dans mon lit à 20h30 j'ai enfin réussi à descendre sous la barre des 400 commentaires traités sur BMAPP.

 

Et pour finir ce billet très décousu, j'ai envie de vous parler du livre "Au sortir de l'Ombre" écrit par Syven que j'ai dévoré dans le train. Un livre qu'il est très difficile de lâcher quand on l'a commencé tant on est scotché par l'histoire et on a envie de découvrir la suite.

  http://2.bp.blogspot.com/-KGbg0g0vdvU/TWe8947RTtI/AAAAAAAAAU0/gCW27qLuKKQ/s1600/au-sortir-de-l%2527ombre.jpg

 Une lecture que je vous conseille et dont voici la quatrième de couverture :

Londres, 1889. La guilde d'Ae protège les aethrynes depuis des siècles pour qu'elles se consacrent à leur tâche : garder piégés dans leur ombre de sinistres monstres avides de massacre, les gothans. Lorsque la secte des némésis s'attaque à ces prêtresses, l'organisation est ébranlée par la traîtrise de plusieurs agents d'importance. Les traqueurs William, Christopher et Heinrich, qui sont chargés de la protection de lady Eileen pour une nuit, n'imaginent pas les enjeux de la chasse dont ils feront bientôt l'objet. Mais dans l'ombre d'Eileen, attentif, « Il » sait ce qui est sur le point de se jouer.

Repost 0
Published by Pénélope Chester - dans Lectures
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 20:08

J'aurais bien aimé vous annoncer, avant ma virée au salon du livre (qui sera dans les faits plus grenouillesque que livresque), que je suis descendue sous les 400 commentaires, mais c'est raté.

Autant j'avance à grands pas quand j'ai le temps de me consacrer à mes corrections le weekend, autant j'ai beaucoup de mal à travailler en semaine en rentrant du travail. Un rythme à trouver, probablement, mais pour le moment, je n'y arrive pas.

Du coup, j'en resterai à 413 commentaires que je dois encore traiter (pour  un peu plus de 72 pages qui sont corrigées)

 

http://media.paperblog.fr/i/425/4258023/salon-livre-paris-2011-ouvre-portes-18-mars-L-NrFOwH.jpeg

 

Sinon, j'attends une réponse pour une nouvelle postée à un Appel à textes l'été dernier.

Les refus arrivent doucement mais tous ne sont pas encore envoyés et  je guette donc ma boîte à mails (la maison d'édition annonçait il y a 3 semaines qu'il restait 15 refus à envoyer, 2 grenouilles ont dit en avoir reçu un ces derniers jours, donc il en reste 13. Je ne suis pas rassurée parce que j'ai envoyé ma nouvelle 2 jours avant la date limite, donc je recevrai aussi mon refus, si la nouvelle doit être refusée, dans les derniers).

Mais plus j'attends, plus j'espère et plus dure sera la chute.

J'imagine que j'aurai des nouvelles lundi...

 

Bon weekend.

N'oubliez pas de lire, surtout ^^

 


Repost 0
Published by Pénélope Chester - dans Au boulot !
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 00:21

Voici la fin de la synthèse du fil initié sur CoCyclics sur le thème de "Comment plaire aux comités de lecture" par Christophe Nicolas, membre du cdl des éditions du Riez, qui a publié son premier roman ( Un Autre - thriller fantastique). Très vite,  ce fil a été le lieu de nombreux échanges avec d'autres grenouilles de la mare (Mélanie, Cendrefeu, Aélys, Celia, moi ^^)  elles aussi membres de cdl  (Hydromel, Mille Saisons, Argemmios) qui ont partagé leur expèrience.

Après la lettre d'accompagnement et le synopsis l'importance à accorder au début de son texte et le déroulement d'une lecture, je vais vous présenter aujourd'hui les 10 commandements de l'auteur qui veut soumettre son manuscrit à une maison d'édition.


Un membre de CdL c'est un ou une lectrice qu'il faut convaincre. Ce qu'il faut bien comprendre c'est que dans un CdL on est un lecteur qui lit avec méthode (par habitude et pour remplir des fiches), on lit beaucoup et sans forcément de plaisir (beaucoup des manuscrits ne sont pas de qualité ) et enfin on lit avec une contrainte temporelle.

 

Voici donc les 10 commandements de l'auteur qui soumet son texte à une maison d'édition :

1. Les consignes de soumission et la ligne éditoriale de l’éditeur scrupuleusement tu respecteras

2. Les petits éditeurs tu respecteras

Les petits éditeurs lisent généralement tout ce qu’on leur envoie (ce qui n’est pas toujours le cas des maisons plus grandes). Ils ne sont pas plus cons que les autres : si c’est mauvais, ils refusent ! Ils sont peut-être même plus exigeants que les autres : ils jouent leur survie à chaque publication.

Se dire « oh, ça ira bien pour les éditions Rikiki, c’est pas Gallimard, quand même » est un mauvais calcul, car les éditions Rikiki liront votre manuscrit (confer le deuxième tiret) et risquent même de retenir votre nom (contrairement à Gallimard). Après, ce sera plus dur de leur refourguer la version améliorée ou autre chose.

3. Un manuscrit abouti tu enverras

Si vous avez le moindre doute sur la qualité de votre roman, ne l’envoyez pas et retravaillez-le. Un bon roman prêt à envoyer, c’est (d’après moi) lorsque l'auteur ne peut plus ni enlever ni ajouter quoi que ce soit sans nuire à la qualité de l’œuvre. C’est lorsqu’il voudrait le faire lire à tout le monde tellement il est fier de ce qu’il a écrit. S’il sait au fond de lui que tel passage n’est pas terrible et que tel rebondissement est tiré par les cheveux, ou s’il éprouve de la honte à l’idée que son texte puisse être lu par son chéri, sa tante ou son vieux prof de français, alors il doit le retravailler.

4. Ton syno et ta lettre de présentation, tu soigneras

5. Sur la forme irréprochable tu seras : ton Bescherelle tu chériras, Antidote et repetition detector tu installeras, sans relâche tu te reliras

6. De te faire bêta-lire tu n'oublieras pas

L'on donne des conseils en bêta-lecture, j'en connais qui disent qu'on frise le pinaillage. En CdL, ils sont d'autant plus importants. Ce qui pour un simple lecteur fait lever une brusque pensée "bizarre tout ça", en CdL, c'est la prise de note assurée et on ne brise pas mieux une lecture. Il faut alors que le texte soit totalement "propre" pour le lire calmement et oublier sa casquette de lecteur-juge.

7. Ton début jusqu'au sang tu travailleras

8. Les clichés à tout prix tu éviteras

On dit parfois que ce qui est mal ce ne sont pas les clichés, mais les clichés mal exploités. En CdL, on fait plus difficilement ce genre de distinctions. Il faut se dire que si l'on rencontre beaucoup d'intrigues stéréotypés dans les librairies, on s'y noie en CdL ! On en voit sans cesse, des clichés, et pas des mieux défendus. Si bien que membre d'un CdL on développe rapidement une réaction instinctive et épidermique dès qu'on en rencontre un. Cela peut même aller jusqu'à de petits coins de l'intrigue : un morceau de scénario qui fait déjà-vu, fait aussi peu-travaillé.

9. Des ventres mous dans ton histoire, tu te défieras

Un lecteur en CdL, pour peu que son emploi du temps fasse des caprices, va très mal voir ce qu'on peut appeler "les ventres mous". C'est ce qui arrive quand l'histoire fait du sur-place. Difficile de s'ennuyer quand on a des délais à respecter. Dès qu'un passage semble ne rien apporter à l'intrigue, la tentation de lire en diagonale devient grande. "Voyons voir si ça avance à la page suivante…" Et c'est pire si : "Oh ! Génial, il ne se passe toujours rien ! Allez, je saute dix pages !" (Je décris les mauvais penchants auxquels nous sommes confrontés. Bien sûr, nous, on est sérieux et consciencieux.

Et ce qui prévaut finalement, c'est bien la qualité du texte.)

10. En cas de refus, surtout détaillé, ton manuscrit tu retravailleras.  

Si tu y crois.

Repost 0
Published by Pénélope Chester - dans Aides et techniques d'écriture
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 22:01

Ce weekend c'était :

http://www.gala.fr/var/gal/storage/images/media/images/photos_lifestyle/mode/dernieres_tendances/nuisette_ou_pyjama/simone_perele/416283-1-fre-FR/simone_perele_reference.jpg

Enfin plutôt :

http://images.erwinmueller.com/produkte/00/00180gr.jpg

 

Au programme corrections de BMAPP, corrections de BMAPP et un tout petit peu de lecture. Rien de plus, rien de moins.


Du coup, j'ai réussi à faire descendre le nombre de commentaires à traiter de mes bêtas  à 518 (contre près de 700 en début de week-end). J'en suis heureuse, même si j'aurais aimé passé sous la barre des 500 mais ce sera pour demain.

Je ne me suis pas contentée de travailler les commentaires mais aussi de la forme avec traque des dernières répétitions et quand je le pouvais du fond.

J'en suis donc à 72 pages du manuscrit corrigées en profondeur sur 170.


J'essaie de traiter les points de fond qui posaient problème en même temps, mais ça n'est pas évident du tout. J'ai réécrit en la rendant plus frénétique une scène d'amour (mes bêtas apprécieront), j'ai fait de petits ajouts et changements.

J'ai aussi déplacé le salon du polar dans une ville proche de chez Georges (il faut que certaines choses puissent paraître dans le journal local) et facilement accessible (il a la phobie de la voiture et ne se déplace qu'en RER)

Et j'ai vérifié au passage que Neuilly l'était aussi. Ouf.

Même quand tout sera corrigé en profondeur, il me restera pas mal de questions en suspens, mais je n'en suis pas là

 

Les prochains weekends vont être beaucoup plus occupés, alors je vais essayer de traiter une vingtaine de commentaires tous les soirs, histoire de continuer à avancer.

Faire, défaire, c'est toujours faire.
J'ai compris pourquoi j'ai choisi le prénom/pseudo d'auteur de Pénélope ^^

Repost 0
Published by Pénélope Chester - dans BMAPP
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 07:50

Voici la suite de la synthèse du fil initié sur CoCyclics sur le thème de "Comment plaire aux comités de lecture" par Christophe Nicolas, membre du cdl des éditions du Riez, qui a publié son premier roman ( Un Autre - thriller fantastique). Très vite,  ce fil a été le lieu de nombreux échanges avec d'autres grenouilles de la mare (Mélanie, Cendrefeu, Aélys, Celia, moi ^^)  elles aussi membres de cdl  (Hydromel, Mille Saisons, Argemmios) qui ont partagé leur expèrience.

Après la lettre d'accompagnement et le synopsis, puis l'importance à accorder au début de son texte, je vais vous parler aujourd'hui de la suite de la lecture et d'une autre méthode qui consiste à lire les premiers 10% du texte.

 

Quand le lecteur est satisfait du début du roman (nous verrons dans un prochain billet que 80% des manuscrits ne passent pas le cap de la lecture des 10-20 premières pages), ce n'est pas pour autant gagné :

 

Les chapitres suivants :

C’est bien beau d’avoir promis monts et merveilles dans le premier chapitre, mais si l’histoire tarde trop à débuter, je m’ennuie. Ou si on m’a menti, je suis déçu. Alors, c’est fini. Comme je suis un grand naïf, il m’arrive souvent de continuer malgré tout, mais l’expérience me dit que ça ne sert à rien.

C’est à ce moment que j’arrête ma décision concernant la ligne éditoriale.

Jusqu’à la fin :

Si j’ai lu le manuscrit jusqu’au bout, c’est soit qu’il m’a plu, soit que je pense qu’il pourra plaire à l’éditeur.

Je rédige alors une fiche de lecture avec un résumé de l’histoire, les points forts et les points faibles. (Dans les cas précédents, je rédige aussi une fiche, mais en expliquant pourquoi je me suis arrêté en cours de route.)

 

Une autre "technique de lecture" s"applique ailleurs, celle des 10% :

J'attaque le manuscrit en question et j'arrive à 10% de lecture environ.

Trois cas de figure :

  1. Texte bourré de fautes, de tournures de style compliquées et tordues, gros écueils sur la forme, hors ligne éditoriale, fanfiction à la Harry Potter (j'ai déjà eu...), essai philosophique (déjà eu aussi...), etc. J'arrête ma lecture ici et rédige une fiche de lecture, en motivant mon refus. Je relève même quelques phrases du texte pour illustrer mes propos, en principe.
  2.  Texte "potable" sur la forme mais je n'ai pas accroché. Auquel cas, je vais aller lire quelques pages ou un chapitre un peu plus loin, aux trois-quarts du manuscrit, et regarder l'évolution sur la forme et ce qu'il se passe dans l'histoire. En principe, c'est rare que je décide de reprendre la lecture à ce stade, mais je veux être sûre de ne pas passer à côté d'un bon texte qui aurait un début un peu lent à décoller, ou des personnages agaçants dans les premières pages, etc. Et donc la plupart du temps, je rédige une fiche de lecture en motivant les raisons qui m'ont poussée à arrêter là, des pistes d'amélioration éventuelles.
  3.  Texte auquel je n'ai rien à reprocher sur la forme, et qui de plus éveille mon intérêt : je poursuis la lecture et en général je lis jusqu'au bout. Il est toutefois déjà arrivé qu'à la moitié du manuscrit, j'abandonne, car finalement on retombe dans du cliché, une action qui se traîne, de grosses longueurs, des personnages plats, etc. Bref, pleins de petites choses qui me sortent complètement de l'histoire et qui me conduisent à rédiger une fiche de lecture.

 

Dans le cas où je termine, plusieurs possibilités :

- Je n'ai pas aimé plus que ça pour x raisons, et j'ai de bonnes raisons de penser qu'il en sera de même pour un second lecteur --> fiche de lecture avec argumentation, détails des points positifs / négatifs, etc.

- J'ai aimé, sans plus. Ou j'ai aimé, mais... Ou j'aurais aimé, si... Je suis partagée. Sachant qu'il peut s'agir de goûts personnels et que le style d'écriture est bon, qu'il y a une cohérence de l'intrigue, je l'envoie en seconde lecture pour que le manuscrit reçoive un autre avis que le mien. Si c'est également mitigé, ce sera un refus. Si c'est positif, un troisième membre va s'y coller. Dans tous les cas, c'est la chef qui tranche à la fin. Une autre lectrice ajoute : En fait, une grosse partie des manuscrits entrent dans ces "moyens", objectivement bons mais qui ne m'intéressent pas plus que ça. Dans ce cas, selon la qualité du style, la complexité de l'intrigue et les personnages, ou encore l'originalité du monde, je peux soit demander une nouvelle lecture pour confirmer (ou non) mon avis, soit le poser et faire une fiche encourageante.
- J'ai adoré. Seconde lecture sans attendre, en croisant les doigts pour qu'il plaise à l'autre membre du comité qui s'y colle. Parfois un troisième le lit ensuite et si l'avis est positif, il y a de fortes chances que le manuscrit soit accepté.

 

 

En conclusion de ce billet :

Il y a en général plusieurs lecteurs qui se penchent sur un manuscrit, deux quand les avis concordent et plus si ce n'est pas le cas.

 

 

Il faut savoir que je reçois une majorité de manuscrits moyens, voire très mauvais. Le « vraiment bon » saute d’autant plus au visage. Mais c’est vrai qu’il s’agit d’un avis subjectif. Il y a aussi les textes objectivement sans défaut, mais qui ne m’ont pas transporté. Dans ce cas, je rédige une fiche positive mais pas dithyrambique : les lecteurs suivants et l’éditeur décideront.

 

Un manuscrit vraiment bon emportera l’unanimité du comité presque automatiquement : depuis que je fais partie du comité de lecture, j’ai lu une centaine de manuscrits. Les 4 qui m’ont vraiment plu (que des points forts) ont tous été publiés (ou vont l’être prochainement).

 

Le billet suivant sera une pré-conclusion de cette série "Comment plaire aux comités de lecture" avec les conseils des membres des CDL..

Repost 0
Published by Pénélope Chester - dans Aides et techniques d'écriture
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 00:55

http://www.deslivres.com/images/products/image/Le-club-des-policiers-yiddish.jpg

 

Le club des policiers yiddish de Michael Chabon est un livre dont j'ai entendu parler de façon dithyrambique il y a quelques mois par une de mes bêtas préférées. Elle le classait dans un de ses coups de coeur de l'année.

J'ai donc profité que ce polar uchronique entre dans le thème du challenge Winter Time Travel organisé par RSFblog pour me le faire offrir par Papa Noël (ou celui qui se prétend comme tel ^^).

Et je n'ai pas été déçue.

 

http://storage.canalblog.com/32/35/390509/59552646.jpg

 

Quatrième de couverture :

Drôle de temps pour être juif. Drôle de temps pour être flic. Ca tombe mal pour Meyer Landsman ! A Sitka en Alaska, devenu la patrie galciale et désolée des Juifs, il est l'inspecteur le plus décoré de la police yiddish. Chargé de faire régner la paix dans cette communauté encline aux mystères, l'holmme a pourtant sombré dans l'alcool, ruinant son mariage au passage. Exilé à l'hôtel, il découvre un matin le corps d'un junkie assassiné dans le hall. Mais pourquoi ces pressions pour abandonner l'enquête ? Landsman s'obstine : ce mort lui plaît et il refuse de laisser son asssassinat impuni...

Dans ce monde où religieux et criminels ont échangé leurs compétences,  jamais la terre promise ne lui aura paru plus lointaine.

 

Je ne ferai pas d'analyse aussi fine que celle que j'ai pu lire sur Polarnoir, mais je vous invite à la lire si vous le souhaitez ^^ 

Le point de divergence avec notre histoire se place en 1948 quand les Juifs  s'installernt à Sitka en Alaska, région concédée par le gouvernement américain. Mais cette terre promise (uchronique) se révèle glacée et inhospitalière, d'autant que les Indiens du coin ne sont pas ravis de voir débarquer les nouveaux arrivants.

Mais pour moi, ce livre tient davantage du polar que de la SF.

Meyer Landsman en est l'archétype du héros : un flic désabusé, malheureux, cynique qui ne croit plus en rien et vit dans un hôtel miteux en attendant que Sitka revienne dans deux mois aux Américains, sans savoir ce qu'il adviendra de lui. Le point de départ de l'histoire est le meurtre dans le même hôtel d'un juif qui, on l'apprend plus tard, pourrait être le Messie.

S'en suit une enquête policière pleine de rebondissements qui n'est pourtant pas ce qui m'a séduite le plus dans ce roman, j'ai d'ailleurs un peu décroché sur la fin (mais j'ai été très longue à la lecture, ce qui ne favorise pas la concentration ^^)

Ce que j'ai adoré dans ce livre, c'est l'ambiance servie par un style que je trouve magistral, des descriptions riches mais très vivantes (je n'en suis pas fan en général) dont j'ai mis des morceaux choisis dans un précédent billet et l'humour doux-amer comme les concombres confits de Mrs Kalushiner.

Michael Chabon m'a entrainée dans ce monde yid grace aux nombreux mots en yiddish (avec un glossaire en fin d'ouvrage pour les goys comme moi qui veulent être sûrs du sens des mots, même si le plus souvent ça n'est pas utile), avec sa désespérance et son pessimisme, son religieux, sa passion pour le jeu d'échec, sa nourriture...  bref sa culture. J'ai été transportée comme on peut l'être en voyage.

Le cercle des policiers yiddish est un polar d'ambiance dans lequel je me suis coulée comme dans un bon bain chaud avec énormément de plaisir et d'intérêt.

Une dernière pour la route ?

"Mais à ce que comprend Landsman, les ailes d'un avion livrent une bataille permanente à l'air qui les enveloppe, le fendant, le défléchissant et le gauchissant, le déformant et l'écartant. Elles luttent contre lui comme un saumon lutte contre le courant de la rivière où il va mourir. Tel le saumon - ce Sioniste aquatique rêvant toujours de sa source natale -, Naomi avait épuisé toutes ses forces et son énergie dans ce combat"

Et une autre ? (je n'ai jamais su m'arrêter ^^)

"Autrefois, Bina Gelbfish croyait en Meyer Landsman. Ou elle croyait, dès l'instant où elle l'avait rencontré, que leur rencontre avait un sens, qu'une intention était décelable derrière leur mariage. Ils étaient entrelacés comme une paire de chromosomes, bien sûr qu'ils l'étaient, mais alors que Landsman ne voyait dans cet entrelacement qu'un emmêlement, un enchevêtrement fortuit de destins, Bina y voyait la main du Maître des Noeuds. Quant à la foi de Bina, Landsman la payait de retour par sa foi dans le néant."

 

Ah, et il paraît qu'une adaptation cinématographique est en projet, avec les frères Coen aux commandes...

Repost 0
Published by Pénélope Chester - dans Lectures
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 19:37

 

feuille-raturee.jpg

 

Ca fait longtemps que je ne vous ai pas donné de nouvelles de BMAPP.

Comme vous l'avez peut-être remarqué dans la colonne de droite, les chiffres n'avancent pas. Non, ne tapotez pas sur votre écran pour essayer de faire bouger l'aiguille, c'est chez moi que c'est coincé à 43 pages traitées sur 163 ^^

Mes bêtas ont abattu un travail considérable en m'aidant sur la forme et le fond du roman (manuscrit est désormais un mot qui m'est interdit, j'en ai mis 784530 dans BMAPP , ainsi que 673820 faire,  4528199 entrer, et un paquet d'autres verbes faibles dont je vous fais grâce...

"Qui sème des verbes faibles, récolte des coups de règle sur les palmes" (Proverbe batracien, auteur inconnu)

Outre ces faiblesses (qui seront assez facilement corrigées), mes bêtas ont fait beaucoup de commentaires. Même si  en saisissant leurs retours dans mon fichier de travail, j'en traitais les plus simples au fur et à mesure (les lourdeurs du type : Marie alla chercher... transformé en Marie chercha (bon c'est l'idée), les répétitions évidentes, les précisions inutiles et redondance, les coquilles etc), il me reste 692 commentaires dont je vais devoir tenir compte (ou pas mais alors ce devra être par vrai choix et pas par fainéantise).

Et à côté de cela, restent les questions qui portent sur le fond, la cohérence des personnages, l'enchainement des événements, des scènes inutiles, une personnalisation du journal intime dont des extraits parsèment le roman, un ancrage plus fort nécessaire dans certaines scènes qui demande des descriptions supplémentaires...

"J'en passe et des meilleures" (Proverbe batracien, auteur inconnu, plagiaires nombreux.)

Et parce que ce ne serait pas drôle sinon, mes bêtas ne sont pas toujours d'accord entre elles ^^

Bref, le travail des prochains jours va consister en des corrections de forme et une synthèse des commentaires de fond pour que je choisisse les directions qui me conviennent et reconstruise certains passages.

"Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage" (Boileau)

 

Mais j'avance, si, si ^^


PS : il y aura donc tout bientôt un nouveau jeu des prénoms d'ailleurs, je profite de ce fil pour vous demander de m'aider. C'est une question ouverte :

Je cherche un nom de médecin gynécologue (le Docteur Zerdar ne convainc pas ma bêtas... faites donc pèter les noms de vos gynécos vos idées.

 

Repost 0
Published by Pénélope Chester - dans BMAPP
commenter cet article

Des Mots...

  • : Le blog de lesmotsdePenelopeChester.over-blog.com
  • Le blog de lesmotsdePenelopeChester.over-blog.com
  • : J'avais envie de créer un endroit où parler de mes projets d'écriture comme une sorte de carnet de bord. C'est l'objet de ce délit(re). Un espace de liberté, sans rythme ou contenu défini en dehors de ce qui a trait à l'écriture, la mienne et celle des autres.
  • Contact

Des mots en instance

 

Ticket gagnant

terminé :460 700 cec

En cours d'envoi aux éditeurs


Bien mal acquis profite parfois

Roman noir écrit dans le cadre du Nano 2010

Envoyé à 4 éditeurs le 26/10/2011 

STRIKE !!! : 4 refus sur 4

Nouvelle salve d'envois pour bientôt

 

Morceaux de ...

Tapu en toute fin de corrections

En attente de courage pour l'envoyer à des éditeurs

Les mots en lecture