Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de lesmotsdePenelopeChester.over-blog.com

Le blog de lesmotsdePenelopeChester.over-blog.com

J'avais envie de créer un endroit où parler de mes projets d'écriture comme une sorte de carnet de bord. C'est l'objet de ce délit(re). Un espace de liberté, sans rythme ou contenu défini en dehors de ce qui a trait à l'écriture, la mienne et celle des autres.


Ticket gagnant : la réalité plus triste que la fiction ?

Publié par Pénélope Chester sur 22 Avril 2012, 12:09pm

Catégories : #Ticket gagnant

http://www.letelegramme.com/images/2012/04/21/1676417_11967407-nono2104-20120421-t103a.jpg

Source : letelegramme.com

Avec le jugement de Salomon rendu par le tribunal de grande instance d'Agen qui a ordonné le partage du million d'euros entre les deux anciens amis, l'histoire aurait pu en rester là entre ces deux septuagénaires. Mais les fortes inimitiés nées de l'appât pour ce pactole poussent aujourd'hui Messaoud Boudissa, 79 ans, sûr de sa loyauté, à refuser de partager le gain de l'Amigo et d'attaquer son ami de 35 ans, Cheikh Guendouzi, 73 ans, patron du bar-tabac-PMU l'Ecrevisse, pour faux-témoignage.

Car c'est sur la foi de sept témoignages produits sur attestation lors de l'audience du 13 mars dernier que les juges ont estimé que MM. Boudissa et Guendouzi ont validé ensemble le ticket gagnant à 1.007.320,56 euros.

Pour l'avocat du patron de l'Ecrevisse, ces témoins ont entendu de façon audible le deal" sur le prêt des 20 euros."Tiens, voilà 20 euros. Si tu gagnes on partage, si tu perds tu ne me devras que 10 euros", avant le tirage en direct des bons numéros de l'Amigo. Ainsi, selon lui "il y a clairement constitution d'une société en participation.".

Une version que réfute totalement l'avocat de M. Boudissa qui doute de la véracité des dépositions des clients de l'Ecrevisse qu'il dépeint comme un véritable panier de crabes pour son client. "J'estime que ces témoignages sont des faux", insinuant que l'histoire du prêt et de la mise en commun d'argent pour jouer serait pure manipulation.

"J'ai gagné tout seul. J'ai pris le ticket, j'ai touché. Personne n'a joué avec moi", s'était défendu M. Boudissa dans les colonnes de la presse quotidienne locale. A cette évocation, le patron de l'Ecrevisse derrière son comptoir hoche négativement la tête et s'estime "trahi". 

"Comme souvent", raconte-t-il, "il me demande de lui prêter de l'argent pour parier" car "il a une petite retraite". Le tenancier raconte qu'après le tirage, M. Boudissa se rend compte qu'il a gagné mais pas qu'il a décroché le pactole.

Mais en glissant le ticket dans la machine de la Française des jeux M. Guendouzi voit apparaître la mention "Gros lot" et une invitation au gagnant à se rendre dans un centre de paiement pour connaître le montant exact remporté. "Si j'avais été malhonnête, je n'aurais rien dit. Je lui aurais donné les 30 euros et gardé le ticket avec moi", assure-t-il.

"Ma famille me reproche de ne pas être allé avec lui au centre de paiement", peste M. Guendouzi, "mais j'avais confiance.", dit-il.

Un article trouvé sur le site europe1.fr 

(Pour ce qui qui est de la fiction, j'en suis à un peu plus de 47000 mots, et je vous posterai un extrait pour les 50 000 mots qui signeraient un Nano si j'avais mis un mois et non plusieurs années pour arriver à ce résultat ;))

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents