Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de lesmotsdePenelopeChester.over-blog.com

Le blog de lesmotsdePenelopeChester.over-blog.com

J'avais envie de créer un endroit où parler de mes projets d'écriture comme une sorte de carnet de bord. C'est l'objet de ce délit(re). Un espace de liberté, sans rythme ou contenu défini en dehors de ce qui a trait à l'écriture, la mienne et celle des autres.


Biennale de Lyon

Publié par Pénélope Chester sur 25 Novembre 2011, 09:09am

Catégories : #Moi je dis non - non non non non...

Mon texte fait partie des 1600 envoyés, mais pas des 10 sélectionnés. Le voici donc juste pour vous ^^

Il fait exactement 2011 cec.

 

La petite Angelina est née aux premiers jours de septembre, dans des eaux chaudes et tropicales.

Il devint vite évident qu’elle ferait des ravages. Tout le laissait présager : ce n’était ni le bon moment, ni le bon endroit. Personne n'a été abusé par son nom, vaine tentative pour contrecarrer le mauvais sort, ni par le voile blanc et vaporeux dans lequel elle se drapait, telle une vierge innocente. Chacun savait qu’une terrible beauté était née ; le manteau encore immaculé sèmerait sous peu la mort et la destruction.

Au cœur de toutes les attentions, Angelina grandit et grossit sous les yeux des objectifs. Le phénomène fut guetté, mitraillé, filmé et affiché sur tous les écrans y compris ceux des journaux télévisés. La princesse sans royaume faisait la joie des paparazzis.

Elle n’en avait cure ; elle tourbillonnait, soufflait le chaud et le froid, ne tenait pas en place.

Mais un jour, elle se lassa de tourner en rond et voulut explorer le vaste monde de son œil unique. Elle n’avait que peu de temps devant elle : si pour le moment elle ne manquait pas d’air, elle rendrait bientôt son dernier souffle. Cyclope cyclonique, la jeune dépressive tempêta tant et si bien qu’elle devint ouragan. Ou plutôt typhon, puisque c’est ainsi qu’on l’appelle dans les régions du Pacifique Nord, celles qu’elle ne tarda pas à dévaster. Comme un corsaire, elle écuma les océans. La diva capricieuse fit des vagues et se donna en spectacle. Seuls les oiseaux de mer échappèrent à ce carnage en volant jusque vers l’intérieur des terres.

Le pire était pourtant à venir : la monstrueuse créature, insatiable, se rapprocha alors à toute vitesse des côtes.

Virevoltant en une danse macabre, elle tournoyait dans une robe désormais noire et grise qui répandait la désolation en s’effilochant.

Sur son passage, les vents hurlaient, les trombes pleuvaient et les sols glissaient.

Sur son passage, les gens criaient, les gosses pleuraient et les maisons s’écroulaient.

De la belle Angelina, il ne resta bientôt plus que la terreur.

Commenter cet article

brigitte martz 29/11/2011 10:54




Thème d'écriture du 4 décembre à Bischo




Osez suivre le lapin...



Thème choisi en hommage à l’année internationale de la forêt lancée par l’Organisation des Nations Unies et aussi en hommage à ceux qui la racontent.


 Forêt ?
Hantée ou enchantée, menacée ou menaçante, lieu de rêve ou de solitude, abri des animaux sauvages et des lutins, zone d’ombre et poumon vert du monde, elle est un univers
largement traité dans la littérature avec notamment, le nature writing, le roman noir et fantastique, les histoires de terroirs, ou encore les contes de fées et les sagas de vampires.

Ecriture
 Une tonalité onirique et poétique
La forêt est semblable à une matrice…verte, où l’on peut se lover, se réfugier dans une cabane suspendue, comme un abri en apesanteur, au ralenti, loin du rythme effréné de la ville et de ses
contraintes. C’est aussi un lieu de recueillement, de silence, un abri pour rêver, pour lire mais aussi, le dernier rempart du monde animal sauvage, peuplé de créatures fantastiques.
Un labyrinthe où l’esprit peut se perdre, pour évoquer des histoires et personnages qui peuplent nos mémoires. Se perdre dans la forêt c’est oser suivre le lapin blanc…
rencontrer les personnages évocateurs de Charles Perrault, des Frères Grimm, de Joseph Rudyard Kipling, Lewis Carroll.
« Pour lire heureux, lisons perchés ! »

Pénélope Chester 11/12/2011 22:14



Ce n'est que partie remise ;)



Oxygène 26/11/2011 22:25


Tu m'as eue Pénélope ! Je n'avais pas intégré les mots "dans des eaux chaudes et tropicales" qui auraient pu m'orienter vers la vérité et j'ai donc découvert ce cyclone au si joli nom petit à
petit...


J'aime toujours autant ta façon d'écrire pleine de poésie et de surprises... Dommage que tu n'aies pas été sélectionnée... Le jury ne sait pas ce qu'il perd...


Bisous à toi et bon dimanche

Pénélope Chester 04/12/2011 15:20



Enorme merci Oxygène ;)


Bises



Martine27 26/11/2011 18:42


Tu mènes bien ton monde en bateau en peu de mots

Pénélope Chester 04/12/2011 15:19



Yep, j'ai essayé en tout cas ;)



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents